sponsored links

Panneau Denver Conseil municipal vote contre loi plus sévère de logements abordables

Panneau Denver Conseil municipal vote contre loi plus sévère de logements abordables


Robin Kniech est un membre At-Large du conseil municipal de Denver qui a dirigé l'effort de réécrire la loi. (Eric Lutzens, Denver Post photo d'archives)

Une tentative de fixer de logement abordable l'ordonnance de Denver face à un avenir incertain après une commission du conseil municipal a rejeté mardi.

Sponsor Robin Kniech, membre At-Large qui a dirigé l'effort de réécrire la loi, a promis de soumettre la proposition à un vote du conseil complète malgré le barrage de comité. Conseil règles permettent cette option rarement utilisée.

Le Comité de la sécurité et le bien-être voté contre sa proposition 4-3.

Les membres du comité ont cité des raisons différentes pour le vote vers le bas, d'un manque de soutien de certains développeurs et les intérêts commerciaux - y compris le centre-ville de Denver partenariat - à douter sur le but de la loi. Un couple de développeurs a témoigné en faveur.

Prenant au conseil complète permettrait jusqu'à six autres membres de peser.

«Je pense qu'il est important que ce conseil entendre de toute l'étendue de la communauté sur ce sujet avant chaque votes membres», a déclaré Kniech après la réunion de mardi.

Elle espère introduire le logement ordonnance d'inclusion réécrire comme prévu le 18 août, avec une heure de l'audience publique courtoisie. Que ce soit pour permettre au public de témoigner sera à Herndon président Chris, qui a voté contre la mesure dans le comité.

Kniech a organisé des forums publics et a informé à deux reprises le comité. Sa composition a changé le mois dernier, ce qui entraîne certains membres qui pourraient avoir été moins familiers avec ses plans.

L'ordonnance, controversée car elle a été adoptée en 2002, exige des promoteurs de projets de condos à fournir certaines unités abordables, à la vente. Il ne se applique pas à l'évolution de location.

Les anciennes règles exigent de nouveaux projets avec 30 unités ou plus pour marquer en baisse de 10 pour cent d'entre eux à des prix abordables pour les acheteurs qualifiés. Mais seulement 20 logements abordables ont été produits dans l'exigence dans les cinq dernières années, suscitant des appels pour une réécriture.

Les développeurs ont souvent choisi de les règles de mise en jachère en payant des frais qui équivalent à la moitié du prix unitaire ajusté. Cet argent a permis de subventionner des projets abordables ailleurs.

Kniech propose des changements qui incluent rendant l'appartement $ 5,500 par unité incitation ville abordable une quantité dynamique. Il se situerait entre $ 2,500 à $ 25,000, selon l'endroit où la ville se trouve le projet et comment il est difficile de trouver un logement abordable à proximité.

Dans les quartiers les plus chers, elle veut augmenter fortement les frais d'opt-out de 50 pour cent du prix de l'unité marquée vers le bas à 70 pour cent. Il serait beaucoup moins dans d'autres domaines.

Kniech veut aussi donner aux développeurs la possibilité de proposer des plans alternatifs qui seraient encore se conformer à l'objectif de fournir des logements abordables, même si hors site.

Outre Herndon, d'autres pas de votes du comité provenaient de Jeanne Faatz, Peggy Lehmann et Mary Beth Susman. Kniech joignent à l'appui ont été président Paul Lopez et Albus Brooks.

Jon Murray: 303-954-1405, ou [email protected] twitter.com/JonMurray